LMA - Laboratoire de Mécanique et d’Acoustique

O. Traore - Développement d’une méthodologie de traitement, d’analyse et de diagnostic avancés de signaux expérimentaux d’Émission Acoustique

Mon sujet de thèse porte sur le développement d’outils d’aide à la décision à partir de signaux expérimentaux d’émission acoustique. Le contexte choisi est celui de l’étude du comportement d’un combustible nucléaire en situation accidentelle. Je m’intéresse notamment à différentes méthodes pour :

  • le filtrage de signaux d’EA pollués par diverses sources pouvant être liées à des bruits stationnaires ou non.
  • la détection de phénomènes physiques de natures diverses (rupture de gaine, fissures, éjection de combustible…)
  • le développement d’algorithmes statistiques pour la classification de signaux.

Encadrement

  • Directrice : N. Favretto-Cristini, Chargée de Recherche HDR, LMA
  • Co-directrice : Sylvie Viguier-Pla, Maître de Conférences HDR à l’ université de Perpignan, Institut de Mathématiques de Toulouse (UMR 5219)
  • Organisme rémunérant : CNRS

Résumé

Plusieurs réacteurs destinés aux études de sûreté sont exploités par le Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies alternatives (CEA). Les résultats obtenus suite aux essais réalisés grâce à ces réacteurs sont essentiels à l’amélioration de la sûreté du parc électronucléaire existant. Le LPRE du CEA Cadarache, en charge de le Préparation, de la Réalisation et du dépouillement des Essais, souhaite mettre en place une nouvelle méthodologie d’analyse des essais basée sur le traitement des signaux issus de capteurs placés à l’intérieur des dispositifs d’essais.

L’étude réalisée dans le cadre de la thèse, en collaboration avec le LPRE, comportera une forte composante d’analyse statistique et de traitement du signal au service de la compréhension multiphysique des essais. Nous souhaitons notamment apporter des solutions aux problèmes de détection et d’identification de la nature des différents phénomènes physiques.

Pour ce faire, il s’agira dans un premier temps, de s’affranchir de divers phénomènes pouvant être de nature à polluer le signal analysé. On peut notamment citer des bruits électroniques, des bruits hydrodynamiques ou encore des phénomènes liés à la géométrie du dispositif d’essai qui n’ont pas d’intérêt physique. Selon la nature du bruit, plusieurs approches basées sur des méthodes temporelles, fréquentielles ou temps-fréquences sont envisagées.

En second lieu, nous nous appuierons sur les travaux existants pour mettre en place un outil de détection des phénomènes physiques d’intérêts. Enfin, un algorithme de classification automatique des événements devrait être mis en place, permettant ainsi, après détection, d’identifier la nature des phénomènes.

L’objectif final est d’arriver à proposer un système de diagnostics qui sera éprouvé sur les prochains essais réalisés par le LPRE, tout en explorant les possibilités de généralisation à la surveillance d’autres réacteurs d’essais.

Voir en ligne : Page personnelle d’Oumar Traore